L'ARBITRE BENEVOLE OBLIGATIONS ET DEVOIRS

3 mai 2015 - 02:34

L'ARBITRE BENEVOLE OBLIGATIONS ET DEVOIRS

Etat des lieux : la question du bénévolat dans le foot amateur


Véritable socle du mouvement associatif français, le bénévolat est aujourd'hui en perte de vitesse. A l'image de la société, plus individualiste, les gens donnent moins de leur temps et de façon plus épisodique. Alors se pose la question de la gestion des structures associatives et notamment des clubs de football. Recrutement, valorisation, reconnaissance, les problèmes ne manquent pas. Et pourtant près de 245 000 bénévoles licenciés passent leur temps libre dans les 18 000 clubs de football. Mais aujourd'hui, cela ne suffit plus ! Les clubs ont besoin de personnes compétentes, voire spécialisées. Un problème qui depuis cinq ans interpelle nos institutions. Ce dossier propose un état des lieux de ce bénévolat, examine les problèmes mais constate aussi que des solutions existent pour endiguer et répondre à ce phénomène.

Malheureusement, le constat est clair, on s'engage moins aujourd'hui qu'hier. Une situation partagée par une grande majorité des dirigeants de clubs. Mais les parents ne sont pas les seuls responsables, car depuis un bon moment le statut du bénévole pose problème aux institutions car « la donne a changé ». Pour que les clubs fonctionnent de manière efficace, il faut « pouvoir compter sur des bénévoles disponibles et compétents » Ce qui pose le problème du recrutement mais aussi de l'encadrement.


Quelle place occupe le bénévolat dans la société d'aujourd'hui ? 
Le bénévolat et les formes du bénévolat sont historiques. Elles correspondent à tout mouvement social. Aujourd'hui, l'enquête la plus récente sur le secteur associatif dit grosso modo qu'il y a 12 millions de bénévoles (INSEE n°372 février 2005) dans le secteur associatif dont 3 millions et demi de bénévoles sportifs comprenant 1 million et demi de dirigeants sportifs. Ce qui donne une idée du poids majeur que représente le bénévolat dans notre société. C'est une force citoyenne, une contribution sociale, culturelle et économique au territoire français en général. Si on enlève le bénévolat, le sport et le football s'écroulent aujourd'hui en France. Il faut être conscient de ces réalités. 
Comment se définit le bénévolat ? 
Le bénévolat est une façon d'entreprendre. Il s'agit de mettre au service de la société, du football. Par exemple « être bénévole c'est donner de son temps et parfois de son argent aussi. » Beaucoup de gens trouvent un lien social, un sens à leur existence à travers le bénévolat, qu'il soit sportif ou non. 
Le rôle de l'arbitre : Chaque week-end, des milliers de matchs de football professionnels et amateurs se déroulent aux 4 coins de la France. Joueurs, parents, éducateurs, entraîneurs, dirigeants et bénévoles sont alors réunis autour d'une passion commune. Dans cette famille du football, les arbitres officiels et arbitres bénévoles ont un rôle majeur à jouer pour garantir le respect des règles, protéger le jeu et assurer une équité entre les participants. Par-delà ce rôle moral, les arbitres sont avant tout des passionnés habités par un dévouement total et soucieux de la préservation de l'esprit sportif sur les terrains. Ils constituent un maillon essentiel de la vie du club et s'impliquent pour promouvoir les valeurs d'éducation et de transparence primordiales à la vie en collectivité. 
« En toute circonstance, ils méritent notre respect ! ». 
Arbitre bénévole : Pouvoirs et devoirs (les mêmes que les arbitres officiels) 
Chaque match se dispute sous le contrôle d'un arbitre central assisté de deux arbitres assistants. Les arbitres et arbitres assistants disposent de toute l'autorité nécessaire pour veiller à l'application des lois du jeu, dans le cadre du match qu'ils sont appelés à diriger. Cette autorité appelée “pouvoir discrétionnaire” permet à l'arbitre : de prendre des mesures disciplinaires à l'encontre d'un joueur de laisser se poursuivre le jeu quand l'équipe contre laquelle une faute a été commise peut en tirer avantage, et sanctionner éventuellement la faute commise initialement si l'avantage escompté n'intervient pas.de revenir sur une décision tant que le jeu n'a pas été repris.de suspendre définitivement la partie, en cas d'interférences extérieures quelles qu'elles soient. 
Arbitre auxiliaire : définition de la fonction 
L'arbitre auxiliaire est un licencié majeur, ayant suivi une formation à l'arbitrage validée par une autorisation d'arbitrer son club. L'arbitre auxiliaire n'arbitre que son club, il n'est pas désigné par sa CDA. Cette fonction ne donne priorité qu'en cas d'absence de l'arbitre désigné. Toute candidat à la fonction d'arbitre auxiliaire doit être âgé de plus de 18 ans au 1er juillet de la saison en cours. L'arbitre Auxiliaire est soumis à des règles de formation et peut être soumis à des règles de contrôles de connaissances au même titre qu'un arbitre officiel. Le candidat arbitre auxiliaire qui n'a pas satisfait aux examens théoriques ne sera pas admis et aura la possibilité de se représenter aux prochaines sessions. L'arbitre auxiliaire ne compte pas dans l'effectif des arbitres du club au titre du statut de l'arbitrage. 
Quelques rappels importants : 
ABSENCE D'EQUIPE : le forfait est constaté et signifié sur la feuille de match après un délai d'attente de 15' depuis l'heure de début officiel de la rencontre. 
ABSENCE ARBITRE OFFICIEL DESIGNE : Demander si sur place il y a un arbitre auxiliaire (club visiteur si la réponse est négative, le club recevant si réponse négative, désignation de l'arbitre par la pièce). 
ABSENCE D'ASSISTANT : la rencontre ne peut se dérouler sans arbitre assistant de même il n'est pas possible à un joueur, remplaçant notamment, de cumuler les 2 fonctions. 
ARBITRE ASSISTANT : officiel ou bénévole qui aide l'arbitre à diriger le match en accord avec les Lois du Jeu. 
FEUILLE DE MATCH : procès-verbal de la rencontre à l'usage des commissions concernées (compétitions, discipline …) nécessitant une rigueur administrative parfaite dans sa rédaction. Retranscrire impérativement les sanctions administratives données durant la rencontre (carton(s) jaune AVERTISSEMENT ou carton(s) rouge 
EXCLUSION. Rédiger un rapport. 
DIRIGEANT : personne identifiée licenciée à l'un des clubs en présence pouvant être amené à occuper la fonction de délégué, ou d'arbitre assistant bénévole ou toute autre fonction. 
COULEUR DES MAILLOTS : doivent être de couleur différente pour chaque équipe et pour les gardiens de but. 
TIRAGE AU SORT : procédure effectuée par l'arbitre avec une pièce de monnaie pour déterminer celui qui donnera le coup d'envoi de la rencontre, le coup d'envoi de la première période de prolongations éventuelles, l'équipe qui choisira de tirer ou de laisser tirer le premier tir au but si à l'issue des prolongations ou de la partie cette épreuve est nécessaire. 
COUP D'ENVOI : ballon posé dans le rond central au milieu du terrain, donné par l'équipe qui en bénéficie. Marque le début du match, de la 2ème période, le début des prolongations et de la 2ème période des prolongations et la reprise du jeu après un but marqué. Est donné en début de rencontre et des prolongations par l'équipe qui perd le tirage au sort. 
ARRET DU MATCH : imposé soit par les circonstances atmosphériques, envahissement de terrain, indiscipline caractérisée d'une équipe, nombre de joueurs d'une équipe inférieur au nombre minimum, voies de fait sur officiel. Oblige dans tous les cas à la rédaction d'un rapport. 
ARRETE MUNICIPAL : présenté à l'arbitre, interdit à celui-ci de faire dérouler la rencontre même si de son point de vue après contrôle le terrain apparaît praticable. Rapport nécessaire sur les conditions de présentation et l'état du terrain si l'accès en est possible. 
BALLON : fourni par l'équipe locale autant que de besoin ; sur terrain neutre un ballon est fourni par les 2 clubs et les autres par le club organisateur. Si défectueux en cours de jeu : arrêt du jeu, changement de ballon et reprise par balle à terre. 
BRASSARD : désigne le capitaine d'une équipe. Nécessité en cas de sortie prématurée de celui -ci de confier le brassard au nouveau capitaine. 
BROUILLARD : provoque l'arrêt du match si en positions extrêmes (piquet de coin à piquet de coin) les 2 arbitres assistants ne peuvent s'apercevoir. Arrêt définitif de la rencontre au bout de 45' si les conditions de visibilité ne sont pas redevenues normales. 
CHRONOMETRE : indispensable pour mesurer le temps de jeu. En cas d'arrêt prolongé pour incident doit être remis en marche dès la reprise. 
RESERVES : portées par une équipe réclamante quel qu'en soit le motif l'arbitre ne peut s'y opposer. Elles sont mentionnées sur la feuille de match. Elles peuvent être d'ordre administratif (qualification   d'un jour, conformité du terrain) ou technique (application erronée des Lois du Jeu par l'arbitre). 
RAPPORT : indispensable pour relater tout fait d'indiscipline ou autre survenu avant pendant ou après la rencontre. Les termes doivent correspondre à la réalité des faits vécus et NON A LEUR RESSENTIMENT à adresser à la commission compétente dans les 24 heures. 
 

Par Eric Ledent 

Commentaires